Assurances et télétravail : la période de grâce achève

2 décembre 2021 | Nouvelles

Le télétravail est là pour de bon. C’est une réalité avec laquelle doivent composer les employeurs, mais aussi les assureurs, puisque de nombreux individus utilisent désormais leur résidence à des fins professionnelles, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Ce que change le fait que vous travaillez dorénavant de la maison, du point de vue de l’assureur? Faisons le tour de la question afin de vous éviter de mauvaises surprises en cas de réclamation.

L’avant-COVID

À cette époque qui nous paraît aussi lointaine que fabuleuse qu’était l’avant-COVID, il était obligatoire de déclarer à son assureur l’usage de sa résidence à des fins professionnelles. Qu’on en soit le propriétaire ou le locataire.

La crise a mis cette pratique sur pause, mais elle redeviendra bientôt en usage. Parce que l’assureur tient toujours à savoir si certains des biens assurés sont liés au travail, le reste de ses préoccupations relevant de questions de responsabilité.

Par exemple, normalement, si vous recevez des clients ou des fournisseurs chez vous dans un contexte professionnel, votre assurance responsabilité domiciliaire ne vous protège pas contre d’éventuels recours juridiques si une personne se blesse en vous rendant visite.

Quant à vos biens, ceux qui servent à votre travail doivent être détaillés, et leur usage clairement associé à vos activités professionnelles. Certains outils comme du matériel de bureau luxueux, des appareils électroniques ou autres pourraient autrement ne pas être couverts en cas de sinistre.

Si c’est l’employeur qui fournit ces objets, c’est lui qui en est responsable. S’il prête chaises de bureau et ordinateurs à ses employés pour le travail à la maison, il doit en aviser son assureur, car en cas de sinistre chez un employé, c’est lui qui devrait se charger du remplacement de ces objets. 

Période de grâce pandémique… et après

Le confinement a cependant changé la donne. Du jour au lendemain, la vaste majorité des travailleurs se sont retrouvés à la maison à plein temps. Afin d’éviter de surcharger le système en raison d’un volume d’appels et de demandes de modification des polices par courriel, les compagnies d’assurance ont convenu de faire preuve de souplesse et de ne pas se préoccuper de l’usage qui était fait du domicile.

Toutefois, certaines limites figurant déjà à la police continuent de s’appliquer dans ce contexte exceptionnel, à moins que le matériel soit fourni par l’employeur.

Si, par exemple, vous achetez un appareil électronique de grande valeur pour le travail, qu’il vous appartient et que son prix excède la limite stipulée dans votre police, peu importe sa fonction, vous ne pourrez récupérer le montant total pour cet objet. Il est donc important de vérifier quelles sont les limites et d’aviser votre assureur afin de faire modifier votre contrat si vous souhaitez protéger ce bien.

La période de grâce ne durera pas éternellement. Aussi, au moment de renouveler votre police, il serait sans doute temps de discuter de ces détails avec votre courtier ou votre représentant.